LE FONDS SOCIAL

L’EMI

LE FONCTIONNEMENT

Les groupes de l’Entraide Missionnaire Internationale peuvent solliciter une aide exceptionnelle pour compléter en partie des remboursements de très fortes dépenses, par exemple une hospitalisation ou des soins dentaires, auditifs ou d’optique importants, aider aux rapatriements sanitaires et aider des congrégations fragilisées à assurer leur obligation d’assistance à leurs membres dans des cas graves et lourds. Chaque section contribue à alimenter le Fonds Social à hauteur de 1% des cotisations.

 

Les groupes sollicitent tout d’abord la commission de Fonds Social de leur section, c’est le niveau 1, puis suivant la hauteur du reste à charge, peuvent solliciter la commission de Fonds Social de l’EMI, c’est le niveau 2. Le complément versé s’effectue dans la limite de 50 % de la somme restant à charge des Groupes en ce qui concerne le niveau 1, puis à l’identique pour le niveau 2. Vous aussi, n’hésitez pas à faire des demandes lorsque vous avez des besoins particuliers. Les commissions Fonds Social étudieront vos demandes avec attention.

 

Pour cela, une fois qu’il a reçu le versement de la contribution de l’EMI concernant cette dépense de santé, le Responsable de Groupe constitue un dossier venant motiver sa demande puis le transmet à sa Section référente. Les commissions de Fonds social se réunissent au minimum une fois par an et pour des situations considérées comme exceptionnelles, elles peuvent se réunir en séance extraordinaire. La majorité des aides concerne

  • les hospitalisations,
  • les évacuations sanitaires
  • les frais dentaires.

En pratique

Le dossier doit contenir les pièces suivantes :

• Le formulaire rempli à télécharger ci-contre

• Les justificatifs de soins et de paiement des prestations visées • L’attestation de remboursement par l’E.M.I.

• Les photocopies des prestations versées (ou de non prise en charge) par la complémentaire santé de l’adhérent, s’il en dispose

• La prise en charge éventuelle du Fonds Social de 1er niveau ou autre recours

ILS EN PARLENT...

Père Francis Kihm

Responsable de groupe et Membre du Comité Directeur

 

En tant que responsable du Groupe EMI pour la Congrégation du Saint-Esprit, je traite régulièrement avec la Section Générale. Je connaissais d’ailleurs l’Association, pour avoir été membre bénéficiaire durant mes 30 ans de mission au Sénégal.

Dans les démarches relatives aux affiliations, cotisations et transmission des demandes d’aide, je suis appuyé par Madame Marie Victoire et ses 10 années d’expérience. Elle parvient à communiquer avec les Pères les plus éloignés, grâce aux technologies actuelles, qui permettent un traitement rapide des dossiers et donc une obtention des aides relativement rapides. Les Spiritains membres EMI peuvent ainsi mieux se soigner depuis de très nombreux pays africains, mais également en Asie et en Amérique.

Je souligne le caractère personnalisé des relations avec l’EMI ; contrairement à de nombreux contrats de couvertures santé proposés ailleurs, la qualité des échanges est particulièrement appréciable.

Enfin, je ne saurais que recommander aux Groupes EMI le recours au Fonds Social lorsque cela est nécessaire; via ce dispositif, quelques cas particulièrement coûteux ont fait l’objet d’aides supplémentaires exceptionnelles, notamment dans le cadre d’évacuations sanitaires.

Sœur Claudette Ralivao

Section Madagascar

Témoignage des Sœurs de Marie réparatrice

Nous sommes membres de l’EMI depuis janvier 2017.

Ça fait déjà deux ans maintenant que j’ai pris la responsabilité d’être la représentante de notre Congrégation à Madagascar au sein de l’EMI. Tout ce que je peux dire c’est : en travaillant avec les équipes à Madagascar, j’apprécie grandement l’approche personnelle et professionnelle de tous les conseillers ainsi que le grand respect démontré envers le besoin de chacune des membres.

Je peux dire que cela aide à accéder aux membres EMI. Certes, le remboursement n’est pas à cent pour cent mais uniquement pour réduire les coûts et c’est un signe de solidarité car jusqu’à présent votre assistance nous aide beaucoup.

Personnellement et d’après mon expérience cela nous aide vraiment à être membre et nous avons le désir de continuer toujours.

Jusqu’à présent, je me suis rendu compte que l’EMI expérimente la même spiritualité que Jésus avait pendant son temps avec les apôtres. Il guérit les malades, soulage l’anxiété liée à l’insuffisance, surtout lorsqu’il existe un traitement à long terme tel que le « dialyse ou autre maladie ».

Un immense à l’EMI pour ses judicieux conseils, son support et soutien continuel et sa grande générosité et entraide.

J’encourage vivement l’excellent travail de l’EMI auprès des Congrégations et Diocèses pour faciliter l’accès de leurs membres aux soins de santé et favoriser ainsi leur dévouement à la mission.

Soeur Dena

Responsable de la section Afrique de l’Ouest

Chaque année nous avons de nouveaux adhérents et ceux qui se retirent pour faire  l’expérience de leur propre assurance ou qui adhèrent à la couverture maladie du pays. Il y a certainement des difficultés financières pour certains groupes mais l’esprit de solidarité et de partage se jouent bien entre les membres qui s’encouragent mutuellement. Aux rencontres des Supérieurs(es) Majeurs (‘es) beaucoup d’échange et d’expérience se font sur l’EMI et cela nous vaut des invitations.

Des participations à des journées diocésaines seulement en Côte d’ivoire compte tenu de la crise sanitaire. Nous avons des contacts très réguliers avec des hôpitaux et cliniques de la place et même dans certains pays de la section. Un travail de fond à faire et à suivre.

Nous avons des centres d’accueil agrées par l’EMI pour repos convalescence (Côte d’ivoire, Burkina Faso, Mali, Togo). Six (6) chambres  de la  CERAO sont agrées et mises à disposition à l’EMI et permettent aux affiliés de passer leur repos convalescence venant surtout des autres pays. Ils sont accompagnés humainement, spirituellement et financièrement par l’aide du fonds social. Cela est devenu une vraie pastorale pour notre section. Une commission de fonds social qui se réunit au moins deux fois par an à cet effet.

Nous sommes encouragés et soutenus par les Evêques de la CERAO et toutes ses Institutions qui y passent et qui découvrent l’EMI de près.